DévaDéva

Adoptée en octobre 2022 par Marine (69)

« Ça faisait quelques mois que j’avais enfin sauté le pas et réellement pris ma décision pour l’adoption d’un chien. Quelques mois donc que je regardais des annonces et envoyait ma « candidature » notamment auprès de la SPA.

Mon profil n’a jamais été retenu (je vie seule, en appart et je travaille !!!). Un jour j’ai tapé « adoption chien 69 ». Je suis tombée sur un site qui répertoriait tous les chiens du département et là je vois la tronche de Déva. A cet instant j’ai su. Je clique sur son profil… j’atterris sur le site de RMF !
Mais quoi ??? En Roumanie ??! Je capte rien, je panique un peu et je comprend finalement que les chiens sont rapatriés … dans le Rhône notamment.
Ni une ni deux j’envoie ma candidature. C’est l’été … les vacances scolaires… je reste sans nouvelles un certain temps. Je l’aime déjà mais je ne suis pas certaine de pouvoir l’adopter jusqu’au jour où la procédure d’adoption débute : entretien téléphonique, visite à domicile et … l’appel pour me dire que c’est OK. J’étais en larmes au téléphone !!!!! A partir de là s’en est suivi le mois le plus long de ma vie !!!!! L’attente du rapatriement…. puis arrive enfin le 22 octobre 2022.

" J’ai pas les mots pour décrire ce moment. C’est trop fou. Un mélange de peur, de hâte, d’impatience, de doute. Toutes ces émotions se bousculent."

1h avant de quitter la maison pour rejoindre le point de RDV j’étais en panique à me demander si je faisais pas la boulette de ma vie ! Et puis elle est arrivée et les larmes ont encore coulées (moi ? Émotive ?!!). Elle avait grandit par rapport à la photo de l’annonce mais c’était tellement elle. Mon chien à moi. Ma Déva pour la vie. Ce petit machin poilu à l’odeur absolument horrible avait fait de mon cœur un chamallow en un regard.

Il est minuit et des patates, on rentre à la maison toutes les deux. Elle pleure dans sa cage, je lui parle. Une fois garé, je commence à porter la cage en direction de l’appart et puis finalement je la pose par terre, l’ouvre… et j’attend que Déva sorte d’elle même pour qu’elle puisse marcher jusqu’à l’appartement. 45min assise sur un trottoir en pleine nuit et elle sort enfin son museau. J’agrippe sa laisse de toutes mes forces et nous avançons toutes les deux vers la maison. Ce petit bout de chien fébrile et puant renifle tout !

Elle rencontre José le chat, le grogne au départ et rapidement il deviendra son frère. Cette première nuit est éprouvante. Au moindre de mes mouvements Déva pleure et me suis. Ça fait 2h qu’on se connait mais c’était écrit ! Je rassure Déva, je lui propose une première sortie vers 3h du matin et à ma grande surprise elle fait ses besoins ! Déva est une petite chienne curieuse et résiliente.

Au cours des premières semaines, elle ne montre aucun signe de stress, elle est propre. J’avais posé 10 jours de vacances pour son accueil. La reprise du travail s’est faite sans soucis… pas de tracas durant mes absences. Elle reste hyper-vigilante au moindre de mes mouvements dans l’appartement et me suis partout mais je la sens plus apaisée. Durant ces premières semaines avec Déva une journée = 2 jours !!

"Entre le matin et le soir ses progrès sont absolument incroyable. Je n’ai plus le même chien. Son poil, son regard, sa queue tout change et me montre qu’elle prend confiance en la vie. C’est l’histoire de nos 3 premiers mois."

Puis les choses changent doucement. D’abord les absences, je remarque des signaux de stress qui n’existaient alors pas. Son panier n’est plus à sa place au début, elle y fait des pipi régulièrement… et tout s’accélère. Les absences deviennent source de stress … en recherche de nourriture Déva est prête à tout. N’ayant pas une cuisine fermée c’est l’enfer. Elle monte partout , très haut pour trouver à manger. Elle réussit a chopper un bocal en verre avec du riz, à l’ouvrir et a manger le riz cru (un petit RDV chez le véto tellement elle a été malade !!!!). C’est l’histoire de quelques mois compliqués mais qui se sont apaisés. Aujourd’hui les absences c’est OK. Parfois y’a une régression… sans doute due à un coup de stress.. mais ma cuisine n’a jamais été aussi propre et rangée que depuis que j’ai Déva. En partant j’ai un « protocole » rangement et tout va bien !

Déva commence aussi à développer une forme de réactivité aux humains : elle course, aboie, grogne … alors que toutes les balades étaient sans laisse (en ville comme en campagne)… après certaines actions de déclanchement la confiance est abîmée. Je n’ose plus la lâcher, j’ai peur. Des mois à prendre le temps, à tenter de comprendre, à essayer … des hauts, des bas. Des RDV avec des éduc mais rien de concluant…

"A coté de ça, c’est une chienne absolument incroyable. Je pensais pas que le cœur d’un chien pouvait être si gros. "

Déva craint l’humain inconnu mais quand on rentre dans son cercle, purée… elle aime et elle aime fort. Avec Déva tout déborde !!! Elle a une capacité déconcertante à apprendre (sauf le fait de pas traquer des humains !!!!). Elle est vraiment très intelligente et supra sensible.

"J’ai beaucoup pleuré depuis son adoption, de joie mais aussi de craquage. Parce que c’est la plus belle histoire de ma vie l’adoption de cette chienne mais c’est dur."

Dans la vie je suis éduc (pour humain!!!), peut-être une déformation pro mais j’ai besoin d’analyser pour comprendre et accompagner. C’est ce que je fait avec Déva depuis son arrivée. Ça a payé pour beaucoup de choses de prendre ce temps avec elle. Mais parfois c’est dur. Je vois des progressions et en une balade… l’impression de repartir à zéro…

Il y a quelques mois, j’ai rencontré une comportementaliste dans le cadre d’un examen. Ils recherchaient des chiens à profil pour l’examen de psychologie de vétérinaires comportementalistes.

"Et lors de ce temps le verdict est tombé ! 
Déva est HS-HA (Hypersensibilité-Hyperactivité). Elle est aujourd’hui sous traitement."

C’est que le début mais je la sens mieux. Bien plus apaisée, plus réfléchie, moins débordée par ses émotions. Elle reste une chienne hyper réactive, elle continue de déclencher sur les humains mais je regagne rapidement son attention.

Je ne connais pas la vie de Déva en Roumanie. Elle aurait été retrouvée dans la rue avec sa fratrie mais sans maman. Estimée née le 27 mars 2022 elle est arrivée au refuge en août et à la maison en octobre. Sa vie d’avant est inconnue, mais aujourd’hui un autre chapitre s’ouvre dans notre histoire à toutes les 2… à suivre ! »

"En tout cas je recommande Remember Me, parce qu’ils savent faire confiance là ou d’autres assos ne croient pas en nous. 
Merci pour ce que vous faites pour nos chiens."